ACTUALITéS
 L'essentiel
  
 CITOYEN RESPONSABLE
 CPE
 Zéro de conduite
 Europe
 Clearstream
  
 REVUE DE PRESSE
 Etre soi-même
  
 LE PROJET
 La mutuelle du savoir
 Génèse du projet
 Porteurs du projet
 Vie du projet
 Appel à partenaires
 Comment adhérer ?
 L'association Solidarité Culturelle
 Vos suggestions
  • FAQ
  
 LE MUTUEL
 Origines et histoire
 Code de la mutualité
 Législation en France
 Le mutuel en Europe
 Perspectives
 Liens utiles
  
 ACCES MEMBRES
 Agendas
 Ordres du jour
 Coordonnées membres
 Partenaires du projet
 Forum interne
  
 CONTACT
  
 MENTIONS LEGALES
  Le projet - FAQ

1. Est-ce que la mutuelle existe déjà ?

OUI > La MUTUELLE DU SAVOIR est une marque déposée auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI).

2. Que veut dire « mutuel » ?

Le Mutuel est un mot qui signifie pour la plupart d’entre nous une démarche collective de solidarité qui remonte aux origines mêmes de l’homme. Mais ce concept trouve déjà son application dans la constitution même de la vie : la naissance d’un enfant ne résulte-t-elle pas d’un acte mutuel fécond entre un homme et une femme ? Dès cet instant, émergent et se mettent en action, si tant est qu’on y veille, toutes les potentialités, différentes et complémentaires, dont l’être humain est naturellement doté afin de pouvoir œuvrer juste, individuellement puis collectivement.
On peut parler d’une philosophie de comportement associant en permanence la pensée et l’action, l’esprit et le corps, reconstituant ainsi l’unité de la personne. Il s’agit donc d’une approche globale et non séquentielle de la problématique humaine.
Le Mutuel signifie aussi le respect de soi-même, de l’autre, de toute espèce vivante et de l’environnement proche et lointain.
Le Mutuel peut aussi s’exprimer en faisant appel à la responsabilité car il résulte d’un acte d’adhésion ou d’engagement volontaire.
Le caractère autogestionnaire du Mutuel - individuellement et collectivement parlant - est une garantie d’indépendance vis à vis des pouvoirs quels qu’ils soient, tout en laissant à chacune et à chacun la possibilité de croire à, d’adhérer à, …
En s’efforçant de pratiquer le Mutuel, pour lui-même et dans le cadre de sa relation avec l’autre, l’être humain se maintient en bonne santé, ne serait-ce qu’en assurant la cohérence entre l’esprit et le corps, entre la pensée et l’action.
C’est là, une démarche de prévention pure.


3. Que veut dire « contenus fondamentaux » ?

Le cycle de vie constituera le cadre naturel des activités proposées avec deux approches : ce qui est fondamental et ce qui est spécifique.
Ce qui est fondamental :
Cette notion recouvre tout ce qui peut contribuer à l’émergence de l’être humain en tant que personne pensante et agissante et à son accomplissement, et ce, de la naissance (avant ?) jusqu’à la mort.
Le public concerné est universel et hétérogène, au sens ou chacun(e), quelles que soient ses origines, sa culture, ses conditions de vie, est concerné(e).
On distingue quatre séquences :
1- Etre soi-même : deviens qui tu es, connais toi toi-même (émergence des potentialités naturelles).
2- Etre parent : apprendre à être parent, développer une cellule familiale harmonieuse, redéfinir le rôle du père et de la mère, la notion de couple, sommes toutes, le mutuel au service de l’amour.
3- Etre citoyen : de l’individuel au collectif. Cela introduit les notions de droit et de devoir et pose la question de l’information, de son accès, de son objectivité. Le citoyen est-il aujourd’hui bien informé du fait politique ?
La citoyenneté peut-elle aussi se décliner à plusieurs degrés :
- être citoyen passif : au mieux, je vote,
- être citoyen actif : je milite, je fais de la politique, je m’engage dans une activité associative
On peut aussi imaginer la citoyenneté selon les âges :
- à partir de quand peut-on se sentir citoyen ?
- Agir et s’exprimer en tant que tel, à tout le moins s’y préparer
- Une expression citoyenne se décline-t-elle de la même manière entre le féminin et le masculin ?
4- Etre actif : c’est la mise en œuvre des potentialités spécifiques de l’individu ; cela peut vouloir dire développer un projet de vie ou créer une œuvre originale et unique, ou développer un projet professionnel.

4. Que veut dire « contenus spécifiques » ?

La démarche s’adresse à priori à un public ciblé et relativement homogène. Elle se conçoit dans le cadre d’un partenariat avec une organisation au service d’une population en difficulté et/ou fragilisée.
La définition du spécifique ne peut donc s’envisager que dans le cadre de ce partenariat, l’offre de la mutuelle visant à compléter celle de l’organisation partenaire.

D’autres approches sont possibles…
a) les moments importants de la vie :
- la naissance du premier enfant,
- la prise d’indépendance des jeunes ( le départ du foyer familial),
- l’insertion professionnelle des jeunes,
- le mariage, le divorce, la séparation,
- l’arrivée à l’âge de la retraite ( préparation, angoisse, ressources),
- la préparation de la fin de vie.
b) la vie domestique et familiale :
- les petites pannes courantes,
- les accidents domestiques (acquérir des notions de secourisme),
- le budget familial (apprendre à mieux le gérer),
- les relations et les démarches avec les organismes administratifs et/ou sociaux,
- le soutien scolaire,
- bien classer ses documents et ses papiers,
- etc
c) les règles de la vie courante :
- droit du travail, droit au logement, droits sociaux, droits de l’homme…
d) les activités de loisir et du quotidien:
- l’approche des nouvelles technologies,
- l’utilisation optimum des appareils domestiques et autres,
- bien utiliser son camescope,
- etc
e) le développement des capacités personnelles :
- la lecture,
- l’écriture, la prise de note,
- comment corriger ses textes,
- la prise de parole,
- l’assertivité,
- cultiver un savoir être authentique,
- la mémoire,
- la gestion du temps, choisir son temps,
- la prévention et la gestion du stress,
- les références culturelles,
- découvrir ses origines,
- s’affirmer, apprendre à mieux gérer au quotidien des situations de tensions et de conflits,
- établir des relations plus constructives basées sur le respect de l’autre et de soi-même,
- la résolution des problèmes,
- la prise de décision,
- les secrets de la créativité,
- les langues (ce chapitre fait débat actuellement et la problématique est complexe : faut-il privilégier l’anglais ? )


Tout cela en veillant, en permanence, à la cohérence entre pensée, principes, règles éthiques